LaSportiva


 
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content


Aspect psychosomatique de la blessure

Blessure.

Manolita Lecuirot, réflexologue plantaire intégrative et spécialiste du sport nous offre son premier article sur l’aspect psychosomatique de la blessure du sportif, une notion trop souvent occulté par notre médecine parfois trop cloisonnée…

.

«La douleur est un cri qui vient de l’intérieur» Manolita Lecuirot.

.

C’est en lisant de nombreux articles sur les différentes blessures chez les sportifs que je me suis rendue compte que l’aspect psychosomatique ou métaphysique n’était jamais développé. Pourtant il est tellement important. Il serait même la clé d’une réelle guérison.
J’ai donc eu l’idée d’écrire cet article. Sportive moi-même, je fais de la course à pied, (marathon et trail) et blessée à de nombreuses reprises, je me suis souvent demandée :

  • Pourquoi moi ?
  • Pourquoi maintenant ?
  • Pourquoi ça recommence ?.. Ca vous dit quelque chose ?

.

Pendant 3 ans, j’ai été sujette à différentes blessures. Je pensais comme beaucoup, que cela pouvait être dû à mon alimentation, à une mauvaise hydratation, à mes chaussures ou encore à trop d’entrainements. J’ai donc fait pour le mieux de ces côtés, jusqu’à en être irréprochable, mais ça n’a pas suffi. Pourquoi ? Tout simplement parce que je faisais en sorte de faire disparaître le symptôme, la douleur. Je ne voulais plus la sentir ! Je ne pensais qu’à l’aspect mécanique. C’est bien ! Mais ça ne fait pas tout. Je suis réflexologue plantaire intégrative. J’ai également beaucoup étudié le développement personnel ; et dans le cadre de mon activité, je me suis mise à faire des recherches sur les troubles musculo-squelettiques pour essayer de les comprendre et d’y remédier. D’abord sur moi-même, puis sur les clients qui souhaitaient participer à cette recherche. Au fil du temps, je me suis aperçue que les troubles apparaissaient, ressortaient ou s’accentuaient suivant ce que nous pouvions vivre émotionnellement. J’ai alors intégré le fait que : « La douleur est un cri qui vient de l’intérieur ».

.

Le corps est un tout :

  • Physique,
  • Émotionnel,
  • Mental.

.

Ce que nous ne pouvons exprimer avec des mots, le corps se charge de l’exprimer avec ses maux. La blessure ou la douleur sont un signal d’alarme. Est-ce que si l’alarme sonne dans votre maison, vous l’arrêter sans vous assurer qu’il n’y a pas d’intrus chez vous ? Est-ce que si un voyant s’allume sur le tableau de bord de votre véhicule, vous demandez au mécanicien de faire en sorte d’éteindre ce voyant sans en chercher la cause ? Non bien-sûr ! Alors pourquoi le faites-vous pour vous ? Vous êtes pourtant le véhicule le plus précieux ! Le plus précieux, oui, mais vous n’êtes pas une voiture… Et surtout, on ne vous a pas appris à faire autrement !

.

Vehicule humain.

On ne répare pas un corps comme on répare une voiture, nous avons quelque chose en plus. Nous avons une conscience et nous sommes fais d’émotions. Et d’après le Dr Candace Pert(chercheuse en pharmacologie et auteur de plus de 250 publications scientifiques), loin d’être juste psychologiques, les émotions seraient aussi moléculaires et auraient un impact sur notre physiologie. Oui, nos états d’âme ont une influence sur notre santé. J’ai pu le vérifier. Alors, ne cherchons plus seulement à effacer ou camoufler le symptôme pour aller mieux ! Pourquoi ? Parce que la douleur est un cri qui vient de l’intérieur pour nous dire que nous sommes arrivés à nos limites émotionnelle, mentale et physique. Mais n’ayez crainte, ce n’est que passager ! Et cela peut évoluer parfois très vite. Cependant une étape, et non des moindres est à passer : La recherche de la cause profonde.

Oui, il est important de rechercher la cause profonde, sinon le problème peut réapparaître un peu plus tard sous la même forme, sous une autre forme, ou encore de façon amplifiée. A travers ses maux, le corps nous parle en quelque sorte. Il cherche à nous faire prendre conscience d’une façon de penser, d’une croyance qui n’est pas bénéfique pour nous. Bien-sûr cette pensée, cette croyance est inconsciente. En apprenant à écouter notre corps, en cherchant à prendre conscience de cette pensée, ou de cette croyance, nous allons ainsi au-delà du symptôme. En nous posant les bonnes questions, et en transformant cette pensée ou cette croyance de façon à ce qu’elle devienne favorable pour nous, nous pouvons gagner du temps sur la guérison. Bien évidemment, ceci est à associer aux directives de votre médecin et ne saurait remplacer un traitement médical. Cette approche se veut complémentaire.

.

Manolita Lecuirot
Réflexologue plantaire intégrative
Spécialiste du sport
11 place Pierre Sémard
49100 ANGERS

Son site : www.manolecuirot.com
Son blog : aware-blog.com
Email : manolecuirot@gmail.com

.

TS

Manolita Lecuirot, pour Trail Session Magazine, 2014.

Auteurs

  • ▲ Cédric Masip - 39 ans ▲ 👫 Marié - 1 enfant 👦 👨‍💻 Fondateur & CEO @trail_session_magazine ⚓️ Odessa - Ukraine 🇺🇦 ⏱ 42.195km [RP] 2h46’52 🏃🏻‍♂️ Runner & Cyclist 🚴‍♂️ ⇣ My Strava ⇣ → www.strava.com/athletes/18867396 ✨ Ma Philosophie ✨ "Courir sur le chemin de la vie, le plus loin possible, le plus longtemps possible. Emprunter tous les sentiers, même les impasses, le plus important est de s’y (re)trouver".

3 comments

  • Bonjour
    Je souffre d’une pubalgie dont je n’arrive pas à sortir depuis un an et avec elle, de déchirures à répétition aux adducteurs.
    Assez découragée, je cherche d’autres pistes de guérison. Votre article ma m’a particulièrement intéressée et je cherche tous les moyens qui pourraient m’aider.
    Merci

    Reply
    • Bonjour Nathaly, il est compliqué de vous aiguiller à distance. Une réelle tendinite des adducteurs (pubalgie) se traite par une remise en contrainte progressive de toute la région pelvienne (renforcement statique des muscles adducteurs puis dynamique lent et rapide). Il ne faut pas négliger la stabilité du bassin par le travail proprioceptif avec renforcement des muscles fessiers et abdominaux/extenseurs du rachis. Avez-vous suivi une telle rééducation déjà ? Ensuite, si la rééducation a bien été mené il faut se poser la question d’une erreur de diagnostic. Est-ce vraiment une pubalgie ? Sinon peut-être une origine lombaire avec irradiation dans la cuisse. Dans ce cas je vous conseille de vous tourner vers un praticien Mc Kenzie (Vous pourrez en trouver un proche de votre région sur ce lien https://fr.mckenzieinstitute.org/patients/trouver-un-praticien/trouver-un-praticien-france/). Après en dernière option, il faut considérer l’aspect psychosomatique justement avec le facteur stress (au travail ou à la maison) qui augmente considérablement la douleur chronique ou l’aspect nutrition qui peut entrer en jeu et dans ce cas là il faudra vous rapprocher d’un micro nutritionniste. Voilà j’espère que mes différentes pistes pourront vous aider et améliorer votre état. Bon courage à vous !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.