OFF
ON
Boxed

TRANSOMANIA : Une aventure homérique !

Transomania

.

En exclusivité nous vous proposons cet article dédié à la Transomania. Amateurs de paysages à couper le souffle, vous êtes à la bonne adresse …

.

«En vérité, le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout»

.

TransomaniaEngagé sur l’EcoTrail de Paris, imaginez que vous finissiez votre aventure après environ 10 heures d’effort. Vous êtes sur les quais de Seine et remontez vers la Tour Eiffel. Rasante, votre foulée témoigne de votre peine ; saccadé, votre souffle trahit une fatigue avancée ; hagard, votre regard révèle que vous avez été poussé dans vos derniers retranchements. Ça y est, vous dévisagez l’arche d’arrivée. Il est temps de lever les bras au ciel. Vous pouvez savourer l’instant, sourire pour la photo souvenir et vous diriger tranquillement vers le buffet… Vous êtes finisher !! Bravo ! Maintenant, imaginez qu’une fois parvenu après tant de douleurs et de supplices sur le parvis de la Tour Eiffel, il vous restait 220 km à parcourir (et encore 5000 mètres de dénivelé positif) sous une chaleur accablante, dans le sable et en autosuffisance alimentaire. Alors ?? Pas évident de se projeter sur une si longue distance et dans de telles conditions.

Pourtant, c’est bien ce qui attend les coureurs de la TransOmania, qui s’élanceront dans quelques jours pour ce périple dantesque de 300km. Cyril Fondeville, le commandant de bord, a vu les choses en grand pour fêter dignement les 10 ans de Raid Sahara Organisation. Quand Cyril a présenté son projet, j’avoue avoir esquissé un sourire railleur. De prime abord, j’ai seulement vu un trait rouge reliant la mer à l’océan. Voilà ce que je me disais : «Où va-t-il trouver les fous pour s’engager dans cette aventure sans commune mesure ???».  Quelques mois plus tard, des passionnés de grand fond ont répondu à l’appel de cette course titanesque, qui s’annonce pour le moins épique. Depuis, j’ai moi-même rejoint la liste des audacieux cinglés, en quête de sensations fortes, dans un univers grandiose et féerique.

.

.

Pour avoir participé à l’Oman Raid en 2011, je connais bien les difficultés et les aspérités du parcours. Montagneuse, la première partie de course s’avère cassante à souhait avec quelques murs à gravir et des montagnes russes sans fin sur les plateaux. La seconde se situe dans la fournaise du désert du Wahiba, où il faut cavaler dans les dunes de sable à perte de vue. Cependant, il y a 3 ans, la course se composait de 5 étapes et ne dépassait pas les 180km. A la fin du mois, les intrépides et impétueux, qui ont bravé les règles de la sagesse pour s’inscrire, vont participer à une toute autre épopée. Cyril Fondeville a, en effet, bien durci les règles du jeu : 300km non-stop en semi-autosuffisance.

La TransOmania s’inscrit dans une courte liste de course ultime, dont le seul rêve des participants acharnés est de devenir finisher. Contrairement à d’autres événements partageant le même format, comme la Badwater, le Spartathlon ou le Tor des Géants, la TransOmania se distingue par l’autosuffisance alimentaire et l’absence d’assistance. Contrairement à ces autres courses de l’extrême, les coureurs de la TransOmania partiront lesté d’un sac garni de riches provisions. D’une certaine manière, par l’absence d’assistance et la semi-autosuffisance, la TransOmania signe un retour rageur aux sources de l’ultra. L’aventurier redevient réellement un coureur solitaire, seul face à lui-même, bravant les éléments naturels par son irréductible volonté. Pour cette 1e édition, Raid Sahara Organisation a réussi à réunir un plateau international de prestige. L’organisation se paye notamment le luxe d’accueillir deux des meilleurs spécialistes mondiaux, avec Joao Oliveira et Cath Todd.

.

.

Joao Oliveira est le champion en titre du Spartathlon, qu’il a remporté en moins de 23h30, avec pas moins de deux heures d’avance sur deux énormes pointures de la discipline, Florien Reus et Ivan Cudin. Une machine !! De son côté Cath Todd a gagné l’édition 2013 de la célèbre Badwater. Résidant à Dubaï, Cath ne devrait pas souffrir d’acclimatation dans son terrain de jeu favori. Nul doute que la TransOmania va remporter dans les années à venir ses lettres de noblesse pour devenir à l’instar du Spartathlon et de la Badwater, une course mythique et incontournable pour tout ultrafondeur qui se respecte. Le 29 janvier à 19h, une soixantaine d’ultrafondeurs, représentant une dizaine de nations, se sont donc donné rendez-vous à White Beach pour venir à bout d’un périple incommensurable, relier le Golfe d’Oman à la Mer d’Arabie. Une course qui laissera à tous les participants des souvenirs impérissables, des traces indélébiles dans leurs âmes, une force supplémentaire pour affronter l’aventure de la vie. Souvent, on nous demande les raisons, le pourquoi, notre motivation à prendre le départ de tels événements ? Peu ont répondu à ces interrogations lancinantes aussi brillamment que Camus.

.

Camp

.

«Le chemin de la lutte me fait rencontrer la chair. Même humiliée, la chair est ma seule certitude. Je ne puis vivre que d’elle. La créature est ma patrie. Voilà pourquoi j’ai choisi cet effort absurde et sans portée. Voilà pourquoi je suis du côté de la lutte […] Oui, l’homme est sa propre fin. Et il est sa seule fin. S’il veut être quelque chose, c’est dans cette vie. Maintenant, je le sais de reste. Les conquérants parlent quelquefois de vaincre et surmonter. Mais c’est toujours «se surmonter» qu’ils entendent. Vous savez bien ce que cela veut dire. Tout homme s’est senti l’égal d’un dieu à certains moments. C’est ainsi du moins qu’on le dit. Mais cela vient de ce que, dans un éclair, il a senti l’étonnante grandeur de l’esprit humain. Les conquérants sont seulement ceux d’entre les hommes qui sentent assez leur force pour être sûrs de vivre constamment à ces hauteurs et dans la pleine conscience de cette grandeur».

Pour les guerriers homériques de ce siècle, sachez que la TransOmania fait partie du Desert Challenge, dont la deuxième manche se jouera en Jordanie, dans le désert du Wadi Rum, en novembre prochain. Qui est partant ?

.

Transomania 2014

.

Plus d’info sur : http://www.thedesertchallenge.com/

.

TS

Trail Session Magazine, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *