Le Demi-Fond français à l’honneur avec Bryan Cantero ! Acte 1 …

Le Demi-Fond français à l’honneur avec Bryan Cantero ! Acte 1 …

A la rédaction de Trail Session, nous avons décidé de suivre l’actualité de notre belle Equipe de France d’athlétisme et de les laisser nous emmener à Moscou en août prochain pour les Mondiaux et en 2016 aux JO de Rio.

Bryan Cantero est le premier international français à passer à la moulinette de votre WebMagazine préféré. Une interview en 2 temps mais sans concession d’un garçon chaleureux, bien dans sa tête et bien dans ses baskets, à qui toute la rédaction souhaite le meilleur pour ces prochaines années !

Trail Session: ” Bryan, Pour les lecteurs de Trail Session, adeptes  de la pratique du trail, peux tu te présenter en  quelques mots.”

Bryan Cantero: “Tout d’abord bonjour à tous les lecteurs de TrailSession, un très beau magazine interactif que je découvre grâce à Ludo.

Pour faire bref, je suis coureur de demi fond et international français sur 1500m et crosscountry. Je suis licencié à l’AS Aix les Bains, et je vis actuellement à Paris ou je m’entraine quotidiennement dans l’enceinte de l’INSEP avec de nombreux autres internationaux sous la houlette de Jean Claude Vollmer mon coach depuis 3ans.

 Mon Palmarès:

  • Vice-champion d’Europe de cross par équipe en 2009 et 2011 (juniors/espoirs)
  • Finaliste aux championnats du monde juniors en 2010 sur 1500 m
  • Champion de France de Cross juniors 2010
  • Champion de France Elite sur 1500m indoor 2012
  • Demi finaliste aux championnats d’Europe Senior indoor 2013
  • 3eme performer français sur 1500m en 2014 et (14eme Européen)

 Mes records:

  • 1500m: 3’36’08
  • 800m: 1’48
  • 3000m: 8’00 (indoor)

TS : “Originaire et licencié à Aix-les-Bains, tu rejoins  l’INSEP en 2011. Qu’est-ce qui avait motivé ce choix à l’époque? De quelle manière et avec quels moyens, cette institution du sport tricolore t’a-t-elle accompagné dans ta progression sportive ces dernières années.”

B.C: “La raison principale de ma venue à l’Insep, a été principalement liée à un besoin de franchir un cap dans l’entrainement et la performance. En effet ici, je bénéficie d’infrastructures incroyablement performantes (un des meilleurs centres d’Europe sans aucun doute), les outils de récupération  comme les balnéothérapies, la cryothérapie ainsi que la qualité des installations sportives (piste outdoor et piste indoor) en sont la parfaite illustration. J’ai par ailleurs aussi eu ces dernières années la chance de côtoyer pléthore de grands champions au quotidien ce qui est clairement une source d’inspiration et de motivation importante. Ici j’ai mis toutes les chances de mon côté pour parvenir au top.”

Entraînements … 

TS: “Comment sont organisées tes semaines d’entrainement? Tu t’astreins à des entraînements  quotidiens? Biquotidiens ? T’accordes tu des jours de repos dans la semaine (sans aucune activité physique).”

B.C: “Je m’entraîne en moyenne entre 10 à 12 fois par semaine. Etant en cours le lundi et mardi toute la journée, on ne double pas ces deux jours là. Sinon le reste de la semaine le travail est conséquent, pas de jour complet de récup en semaine d’entrainement classique. Après il arrive par fois en semaine pré ou post compétition de ressentir le besoin de faire du jus ou de souffler un peu, dans ce cas là oui il m’arrive de ne rien faire du tout pendant un jour ou même deux.”

TS: “J’imagine que tes entraînements ne se limitent pas à enchaîner des tours de piste à allure spécifique. Tu dois certainement y associer de la muscu, de la récupération, du spécifique et de la technique. Comment combines tu tout ça ?”

B.C: “Pour faire simple disons que de fin aout (reprise) à début décembre la préparation consistait principalement à acquérir une grosse base foncière (caisse) afin de pouvoir durer sur la saison complète et d’être aux mieux armé pour enchainer les séances spécifiques qui se profile avec la saison indoor. Depuis la fin décembre le coach a remit l’accent sur un travail plus qualitatif , avec notamment des séances courtes allure sprint et surtout avec l’enchainement de séances spécifiques allant du 800m au 3000m en passant par le 1500m évidemment.

Exemple d’une séance spécifique 1500m:

  • 1er bloc : 1000m (récup 2’30) + 300m
  • 8mn récup
  • 2ème bloc : 600m (récup 2’) + 300m
  • Allure entre 13’ et 14’5 au 100m.

Après la fin de la saison hivernale, à la mi mars, on repartira sur un travail foncier et un gros cycle de musculation/ technique pendant presque 2 mois pour refaire de la caisse et être opérationnel pour la saison estivale. 

Les séances de côtes sont aussi une facette de l’entrainement que j’affectionne tout particulièrement. J’en réalise toute au long de l’année à moyenne d’une fois par semaine.”

TS: ” A l’INSEP, tu bénéficies d’une piste en intérieur.  C’est un gros avantage dans ton entrainement? Ou tu préfères être en extérieur.”

B.C: “C’est un gros plus! On peut préparer sereinement la saison indoor même quand les conditions sont difficiles dehors. On sollicite la piste intérieur quasi exclusivement ces quelques mois là. Après dès que le temps est clément il est évidemment plus agréable de courir sur l’anneau extérieur. Pour l’anecdote même quand il pleut ou que les conditions ne sont pas top au printemps, je fais le choix de souffrir dehors, je trouve ça plus honnête que de s’embourgeoiser dedans,  et oui il faut se conditionner à tous types de conditions météo!! Haha”

TS: “De plus en plus de disciplines (natation, foot, hand…) perfectionnent les techniques travaillées à l’entraînement avec de la vidéo. Est-ce ton cas ?”

B.C: “La vidéo? Ça arrive. Souvent le coach re-visionne mes courses et tente d’analyser l’aspect tactique et l’attitude de course que j’y ai mis. Et il tente par là d’offrir des solutions pour m’améliorer ou me conseiller à l’avenir. Même si souvent je n’aime pas me revoir courir, oui c’est un outil qui peut s’avérer très important dans une saison. Notamment pour analyser les différentes aptitudes des coureurs étrangers avant un gros championnats par exemple.”

Récupération et prévention …

TS : “Au sein de l’INSEP tu dois bénéficier d’une infrastructure médicale. Tu la sollicites régulièrement, en dehors des blessures pour optimiser la récupération ? Si c’est le cas, es tu un adepte de cryothérapie, kinésithérapie, ostéopathie pour ta récup ?”

B.C: “J’essaye du moins de prévenir au mieux les risques de blessures. Je n’ai jamais été un grand adepte de la récupération mais il est vrai que depuis une grosse blessure l’an passé, j’essaye d’être plus attentif aux signaux que mon corps envoi. Alors oui, je fais de la balnéothérapie (chaud/froid) quand j’en ressens le besoin ainsi que des cycles de cryothérapie (-110°) en période de charge intense. Je consulte également un fasciathérapeute en externe (travail gestuelle) ainsi qu’un kiné à l’Insep 1 fois par semaine pour la récup.”

TS: “Notre rédactrice, Mélanie, publie régulièrement des articles sur l’approche mentale du sportif, qui semble la aussi se banaliser de plus en plus dans certaines disciplines (Formule1, ski, VTT …). Tant pour évacuer le stress d’avant course que pour visualiser mentalement les tracés, c’est une approche qui est développée à l’INSEP ?”

B.C: “Très bonne question! Personnellement je ne sais pas ce qui est mit en place là dessus à l’Insep. Depuis un moment je me pose également la question, « cela apporterait il une plus value sur mes performances? » J’envisage prochainement d’aller voir un sophrologue et de m’essayer à l’hypnose sportive… Je te fais un rapport pour la saison prochaine hein? ;)”

TS: “Quelle est ta relation avec la “blessure” ? Tu la crains ? Tu es un adepte de l’hygiène de vie stricte, façon Thierry Henry ou Novak Djokovic ? Tu n’y penses pas du tout ?”

B.C: “Je crois réellement que dans de nombreux cas la blessure est étroitement liée avec  l’état psychologique du sportif. Evidemment il existe des blessures inévitables et complètement hors de contrôle pour l’athlète. Moi par exemple, l’an passé une longue blessure (tendinite TFL) à entaché ma saison, et je crois que mon état d’esprit à beaucoup influer sur ma guérison. Alors oui je la crains comme tout le monde, mais non je n’y pense pas car ça serait la meilleure façon de rechuter. J’ai souvent tendance à rejeter les petits signaux d’alerte et les choses rentrent quasi systématiquement dans l’ordre.

Mon hygiène de vie n’est certainement pas aussi strict que la leur mais il est vrai qu’avec le temps, j’ai tendance à m’assagir et être de plus en plus pro dans ma démarche de vie quotidienne. (Oui j’essaye d’arrêter la bière mais ce n’est pas gagné… (Blague)).”

Bryan-46

Suite de l’interview de Bryan dimanche soir …

Page officielle de Bryan Cantero : https://www.facebook.com/pages/Bryan-Cantero-Officiel/458349297595573   

Interview & rédaction: Ludovic David

Auteurs

  • 👨 Cédric Masip - 38 ans 👫 Marié - 1 enfant 👶 👨‍💻 Fondateur et Rédacteur en chef 🇫🇷 Saint-Macaire - Gironde [33]🍷 🔜 @parismarathon 🔒 42.195km [RP] 2h46’52 🏃🏻‍♂️ Runner et Cyclist 🚴‍♂️ ✨ Ma Philosophie ✨ "Courir sur le chemin de la vie, le plus loin possible, le plus longtemps possible. Emprunter tous les sentiers, même les impasses, le plus important est de s’y (re)trouver".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *