ARC’TERYX NORVAN LD 2 : pour courir sans fin

ARC’TERYX NORVAN LD 2 : pour courir sans fin

Par toutatis, Arc’téryx est de retour avec une deuxième version de la NORVAN LD.

La marque canadienne revient avec une chaussure élégante au design épuré. Alors, qu’en est-il de la NORVAN LD 2 côté performance ? On vous dit tout, on passe la chaussure au crible.

Pour être honnête, étant adepte de la montagne, je connaissais la réputation de la marque Arc’téryx à travers leur gamme de textiles, gage de qualité et de haute technicité. Cependant, j’ai découvert ou plutôt redécouvert, cette marque sous un autre aspect, à travers leurs chaussures de trail.

Arc’téryx trouve son origine dans la ville de North Vancouver, au pied des montagnes du North Shore. Ce lieu idéal fut le berceau de la marque canadienne, où en 1989 des grimpeurs locaux décidèrent de fonder l’enseigne. Leur but premier était de créer des équipements répondant au mieux à leur pratique de la montagne.

Aujourd’hui, la marque se veut toujours plus innovante grâce à son centre de recherche et développement. La volonté de la firme canadienne est de garantir une performance inégalée en conditions extrêmes à travers un design intuitif et avec une simplicité conservée.

Alors cette recherche de qualité est-elle présente sur notre paire de chaussures trail running ?

A la découverte de la NORVAN LD 2, j’ai été frappé par la sobriété qu’elle dégageait. En effet, la chaussure est épurée, sa couleur monochrome bleu canard du modèle testé (existe aussi en orange et bleu marine) est à peine nuancée par le orange de la semelle extérieure et de la lanière sur le cache lacet.



La marque a conservé son leitmotiv de simplicité, ceci est plaisant puisqu’on reste focus sur l’essentiel : la performance de la chaussure.

Comme son nom l’indique, la NORVAN LD 2 est conçue pour les trails longue distance. On revient en détails sur les caractéristiques de cette chaussure.

Description

A l’avant, le pare-pierre est bien présent, avec une rigidité prononcée permettant de protéger au maximum nos orteils. Cela est appréciable sur les longues distances, puisque la fatigue liée au manque de lucidité rend les chocs plus fréquents tant lever le pied devient plus difficile.

On notera que la protection s’étend bien sur les côtés avant pour couvrir vraiment entièrement la toe-box.

Sur le dessus de la chaussure, le mesh est souple et très aéré. A priori, aucune crainte pour votre pied, il ne sera pas étouffé dans vos NORVAN LD 2.

On continue notre tour de la chaussure… Concernant le laçage, les lacets plats passent parfaitement dans les œillets prévus à cet effet. Le choix de ces lacets semble évident puisqu’il diminue le risque de frottements vis-à-vis de lacets traditionnels (ronds).

Sur la languette, comme sur la plupart des chaussures de trail, on retrouve un rangement pour les lacets. Ce dernier est fonctionnel et particulièrement élastique.



Il permet de camoufler ses lacets pour éviter un quelconque accrochage. Plus étonnant en revanche, sur le dessus de la languette, la présence d’une lanière de couleur orange, qui permet d’ajuster correctement le positionnement de la languette.

Sachant qu’à l’intérieur de la chaussure, la languette est reliée de part et d’autre de la semelle pour un effet chausson très apprécié. C’est vraiment un bon point puisqu’on est sûr que la languette restera en place durant l’intégralité de nos sorties.

A l’arrière de la chaussure, le contrefort se tient bien et épouse remarquablement l’arrière du pied. Les renforts remontent suffisamment pour protéger le talon et le tendon d’Achille.

En revanche, exit à l’arrière la présence d’une lanière pour enfiler ou retirer ses chaussures. Personnellement, j’aurais préféré une lanière ici plutôt que sur la languette, après c’est plus une question d’habitude bien évidemment.

Les empiècements en TPU*, tout autour de la chaussure, assurent une bonne protection du pied contre d’éventuels débris qu’on pourrait rencontrer.

*TPU : polyuréthane thermoplastique. Pour faire simple, c’est une catégorie de plastique ayant des propriétés permettant une grande résistance et flexibilité.

La semelle intermédiaire composée en EVA et Polyoléfine permet d’absorber les chocs à l’impact. La NORVAN LD 2 est conçue pour les longues distances et, de ce fait, la semelle est un peu rigide pour garantir un amorti au long cours.

Elle sera moins favorable aux coureurs affectionnant les distances courtes et recherchant un dynamisme accru. En revanche, elle ravira les trailers enchaînant les kilomètres et soulagera comme il se doit leurs pieds.

Le drop de 9 mm ravira les trailers avec une attaque talon marquée ou ceux qui, avec la fatigue, auront une foulée et une attaque moins précises.

La semelle extérieure, quant à elle, a eu le droit à une cure d’amincissement. En effet, c’est l’un des gros changements sur cette deuxième version de la NORVAN LD.

La semelle Vibram Megagrip a été remplacée par une version Vibram Litebase allégée.



Tout en conservant son accroche, la chaussure s’est délestée de quelques grammes. Ce gain de poids (35g en moins sur le poids de la semelle) ne vient cependant pas remettre en cause la résistance et la durabilité de la semelle.

Les crampons multidirectionnels sont assez softs tout en gardant un bon grip.

Les premières impressions

Déjà, ça peut paraître anecdotique, mais les NORVAN LD 2 sont très agréables au toucher et lorsqu’on enfile nos chaussures, ce sentiment positif se poursuit avec un confort indéniable.

Mon pied assez large trouve parfaitement sa place dans le chaussant, où il est bien tenu à l’arrière.

De plus, la chaussure est légère et donne envie de dérouler son pied sur des longues distances. Avec un poids de 263 g (pour une taille 42), la NORVAN LD 2 est bien placée sur le marché.

La chasse au grammage est appréciable lorsqu’on part pour de longs périples.



Mon avis

Après un mois de test, j’ai pu me faire un avis tranché sur les NORVAN LD 2. Dès les premières foulées, le sentiment de confort est prédominant.

Le pied trouve parfaitement sa place dans le chaussant où la voûte plantaire est bien maintenue sans être oppressée. La semelle intermédiaire joue pleinement son rôle en assurant un bon amorti.

Je l’ai particulièrement apprécié lorsqu’après un trail moyenne distance, mes cuisses encore courbaturées et ma foulée loin d’être aérienne ne recherchaient que confort et amorti.

Sur les sentiers ou chemins traversés, la semelle Vibram Megagrip Litebase répond parfaitement grâce à une accroche convaincante, même sur surfaces humides.

Son confort sur des terrains techniques permet aux trailers de durer dans l’effort sur de longues distances, en réduisant la fatigue du pied. Quelques réserves cependant sur des terrains gras, où des crampons plus prononcés seront plus préférables.

Arc’téryx confirme son savoir-faire, les matériaux sont résistants et la chaussure est faite pour durer. Les empiècements TPU sont là pour lutter contre l’abrasion.

Le mesh aéré est agréable cependant, en cas de conditions climatiques difficiles, on lui préfèrera le modèle Gore-tex (prochainement testé).

En conclusion, je dirais que les traileurs trouveront dans cette chaussure, un compagnon idéal pour arpenter pendant de longues heures les chemins et sentiers.

 

Test réalisé par Kévin pour Trail Session Magazine

 

 

Disponible sur www.i-Run.fr

 

Bénéficiez de 15% de Réduction Immédiate avec le Code Promo TRAILSESSION

 

>> INSCRIPTIONS UTCAM06 2020 <<


pub
>> BOUTIQUE WIGGLE <<


pub
>> BOUTIQUE ALLTRICKS <<

 

©Trail Session Magazine, Mars 2020

 

14938123_1454470054566419_4212488447338767112_n

Auteurs

  • Coureur, passionné de montagne, je suis toujours à la recherche d'un nouveau défi. La course à pied me permet à travers mes nombreux déplacements professionnels de découvrir toujours plus de villes et paysages. Arpentant aussi bien le bitume que les sentiers escarpés, j'aime sortir de ma zone de confort et m'essayer à toutes sortes de disciplines (marathon, trail, ultra-trail, randonnée, ascension).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *