OFF
ON
Boxed

Quelques astuces pour bien choisir ses runnings shoes !

Running Shoes.

Comment choisir efficacement ses chaussures de Trail/course ? Une question récurrente qui est dans l’esprit de beaucoup de passionnés, surtout amateurs, de course à pied et plus particulièrement de Trail. Nous allons tenter de donner quelques éléments de réponses avec Tony !

.

Depuis quelques temps je reçois pas mal de messages  me demandant quels runnings  acheter et comment choisir. Afin d’élargir ma réponse voici quelques conseils de base qui vous aideront je l’espère à faire le bon choix. Tout d’abord ne jamais choisir ses runnings  parce qu’un ami est bien dedans : chaque individu a sa morphologie et sa foulée, on est tous conçus pour courir mais tout simplement pas de la même manière.

.

En fonction de votre poids !

Pour les personnes pesant 80kg et plus opter pour des chaussures avec un bon amorti. Certes le poids de la running sera plus élevé mais le risque de traumatisme bien moindre. Rien ne vous empêche bien sûr de courir plus léger et cela est même conseillé pour les séances de type «piste fractionné» mais sur des séances courtes et bien spécifiques seulement. Pour les personnes en-dessous des 80kg vous pourrez vous permettre de descendre en poids de 200gr à 280gr mais attention ! Si vous êtes un coureur occasionnel ou débutant ne vous risquez pas à courir trop light, il faut absolument respecter une transition afin que le corps s’adapte à votre progression.

.

Bien connaître et comprendre sa foulée !

Pour cela observez vos chaussures de tous les jours, cela vous donnera une information importante sur votre mode de réception, mais dans tous les cas  il existe désormais des outils rapides de contrôle dans nos magasins de sport spécialisés. N’achetez pas parce qu‘elles sont belles mais parce qu’elles vous conviennent.

Il existe trois styles de réceptions :

  • Supinateur : personne ayant une foulée avec une réception sur l’extérieur du pied,
  • Pronateur : personne ayant une foulée avec une réception vers l’intérieur du pied,
  • Universelle : personne ayant une foulée avec une réception quasi  droite.

Il faut vraiment  prendre en considération votre mode de réception afin d’éviter de gros problèmes du genre, tendinites, douleurs aux genoux, aux hanches etc …. Sachez qu’il existe des semelles orthopédiques vraiment conçues pour le running afin de corriger de gros écart. Elles sont à faire réaliser par un podologue spécialisé dans le sport. Pour ma part je suis extra supinateur et je le ressens principalement sur route d’où un besoin de semelles correctrices.

.

Bien cibler son terrain de jeu !

Route uniquement , route et chemin,  nature Trail . En fonction de vos préférences optez pour une running bien orientée à vos besoins car l’amorti, le confort, la stabilité, l’adhérence, diffèrent vraiment d’un mode de course à l’autre, et bien entendu d’une marque à l’autre. Un mauvais choix peut être fatal en terme de blessures.

.

Choisir sa pointure et  le confort !

running_shoesIl faut savoir que le pied prend du volume avec l’effort environ  une  ½  à 1 pointure lors d’un marathon par exemple. Effectuez votre achat en fin de journée ou après avoir marché. Une petite astuce, une fois la running au pied et bien lacée, il faut tout simplement pouvoir glisser son index à l’arrière du pied. Méfiez-vous  des pointures sur les sites marchands, chaque marque a sa forme, sa largeur, son type de voûte plantaire. Bref, pas facile d’acheter sans avoir essayé. Pour le confort, le choix se fera dans les 5 minutes, c’est-à-dire : c’est votre pied qui dira oui ou non. N’hésitez pas  à trotter avec, sautiller sur la pointe, faire basculer d’arrière en avant en posant tout votre poids. Lorsque l’on court nous multiplions par 3 le poids de notre corps : c’est dire l’impact sur les membres inférieurs et l’importance de ces petits test simples et rapides.

Je vous souhaite un bon choix et faites-le vraiment parce qu’il vous correspond. N’hésitez surtout pas à prendre conseil auprès des vendeurs. La running est un investissement non négligeable et la durée de vie moyenne est d’environ 6 mois à 1 an selon la fréquence et rarement plus pour un coureur moyen. Sachez que l’amorti s’use avec le temps et qu’une running visuellement intacte ne l’est pas de partout. Pour vos changements de running n’attendez pas la douleur, il est déjà trop tard.

Bon Run à Tous !

.

TS

Tony Dufil, Trail Session Magazine, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *