Thomas Lorblanchet-Team Asics

thomas lorblanchet2

.

Cédric a eu la chance de pouvoir s’entretenir avec Thomas Lorblanchet du Team Asics lors de la soirée de présentation média de la semaine dernière. Une interview exclusive pour Trail Session.

.

Trail Session Magazine : Salut Thomas, avant de commencer cet entretien, je voulais déjà te féliciter pour ta récente victoire sur le Trail des Cabornis. Peux-tu me dire ce qui t’as amené au Trail ? Comment est née cette passion ?

Thomas Lorblanchet :  J’ai commencé il y a dix ans et je sortais alors d’une grosse carrière en triathlon. J’avais un léger ras-le-bol de ces courses un peu trop aseptisées. Je ne m’y retrouvais plus forcément dans ce type d’effort physique. Etant à Clermont-Ferrand, à deux pas de la chaine du Puy, j’ai pris un dossard au Puy de Dôme un peu dans l’esprit « défi d’été » pour voir à quoi correspondait ce genre d’épreuve, car en 2001, il n’y avait peut-être qu’une dizaine de Trails en France. Ça a marché, et je me suis alors lancé à corps perdu la dedans, car c’est vraiment quelque chose qui me ressemble. Les grands espaces, sur de longues distances, avec des défis physiques importants, ce sont des choses qui me font vibrer et dans lesquels j’avais envie de m’impliquer.

T.S : Tu as été tri-athlète  donc plus habitué à la route. Au niveau de la philosophie, on ne court plus après le temps, on est dans une dimension différente, c’est peut-être ça aussi qui t’attiré dans le Trail au départ ?

T.L : La performance chronométrique n’était plus ce qui m’attirait, mais plus l’épreuve. Au final, malgré tout, le chrono reste vraiment secondaire par rapport au plaisir que je peux éprouver en pleine nature.

T.S : Quand on pense à Thomas Lorblanchet, on pense aux Templiers, on pense au champion du monde 2009 de Trail, au premier champion du monde de la discipline. Et puis à Salomon. Pour toi, cette entrée chez Asics correspond-elle à un nouveau souffle dans ta carrière sportive ? 

T.L : Nouveau souffle, je ne sais pas si j’étais essoufflé… (rires partagés). C’est un changement, j’avais vraiment la volonté de changer pour ne pas mourir idiot, voir ce qui pouvait se faire à côté, voir que le Trail ne se limitait pas non plus qu’à Salomon.

ITW thomas

.

T.S : Tu l’emportes dimanche dernier devant Nicolas Pianet, et notamment Julien Chorier. Dans tes objectifs de courses pour cette nouvelle saison, tu vas la semaine prochaine participer au Trail du Ventoux, comment abordes-tu cette course ?

T.L : Un petit peu dans la même configuration que celle avec laquelle j’ai abordé les Cabornis, à savoir que c’est une course de préparation, avec un plus gros plateau effectivement. Bon après, on verra comment les choses vont tourner… J’y vais avec des ambitions mesurées et ma forme du moment. Je ne cherche pas la performance à tout prix au Ventoux.

T.S : Cet hiver, tu as fait une coupure, comment as-tu basé ta préparation, comment t’es-tu préparé ?

T.L : Une coupure, oui j’ai fait une grosse coupure, je me suis fait couper les abdos… (rires partagés) Je me suis fait opérer en début novembre, donc j’ai eu certaines contraintes. Je me suis rééduqué déjà, j’ai réappris pas mal de choses, à courir, car je suis reparti à zéro. J’ai fait moins de course à pied que ce que j’aurai fait d’habitude, plus de ski, j’ai découvert le ski de rando, j’ai fait pas mal de choses un peu nouvelles. J’ai ré-attaqué ma préparation très tardivement en course à pied. Petit à petit je vais me recentrer sur la course à pied, essayer de monter en grade pour atteindre les objectifs qui arrivent.

[youtube]http://youtu.be/4Ql7OTgT4iI[/youtube]

.

T.S : Tu t’es préparé un peu avec le Streetstepper ? C’est ce que je viens de recommander à Manu (ndlr : Emmanuel Gault)

T.L : Oui, j’ai la chance de pouvoir être en partenariat avec le Streetstepper, on m’a envoyé l’appareil juste après l’opération. J’ai commencé à l’utiliser dès qu’il a commencé à faire beau, mais là je suis à Clermont-Ferrand, et ce n’est pas la météo idyllique du sud de la France. Donc là j’ai hâte de voir arriver les beaux jours pour pouvoir l’utiliser de façon plus poussée.

T.S : Merci beaucoup Thomas, en te souhaitant une excellente continuation et d’atteindre tes objectifs.

T.L : Merci !

DSC_0176_normal

.TS MAG

Cédric Masip et Benjamin Cadranel, pour Trail Session Magazine, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *