Le trek du Kilimanjaro : on met quoi dans la valise ?

Le trek du Kilimanjaro : on met quoi dans la valise ?

 

En route pour le trek du Kilimanjaro ! Dans notre précédent article, on vous expliquait l’organisation et le déroulement de ce trek. N’hésitez pas à consulter cet article pour tout savoir de A à Z. Cette deuxième partie un peu plus technique se concentrera sur l’équipement que nous avons utilisé.



Voici donc maintenant « ce que j’ai mis dans ma valise », en version homme et femme ! Pour de nombreux articles, des retours tests ont été réalisés sur notre site, vous aurez donc les liens pour regarder de quel produit nous parlons exactement et vous donner une idée précise 🙂

Trek du Kilimandjaro

Kilimandjaro

Les vêtements pour le trek du Kilimanjaro

Les chaussures :

De façon générale, notre conseil pour les chaussures est de ne pas s’embêter avec des grosses chaussures montantes. Enfin sauf si vous aimez ça hein ! Mais si vous préférez les baskets basses, souvent plus confortables, ne vous privez pas. Prévoyez quand même des semelles avec un peu de crampons évidemment, il ne s’agit pas de partir en running ! Mais des baskets trail ou des randos basses suffiront largement. Petit conseil pas cher (déjà connu si vous êtes un trekkeur régulier) : enlevez vos semelles et glissez les dans votre duvet la nuit. Cela vous apportera une petite chaleur supplémentaire pour le matin quand il faudra remettre les chaussures.

– Noëllie : Salomon Sense Ride 2

– Corentin : Millet Hike Up, avec le test complet de ce produit.

Millet hike up pour le trek du Kilimanjaro

Les textiles pour le trek du Kilimanjaro :

Partie très importante évidemment, avec beaucoup de choses à dire, nous allons vous détailler ce que nous avions emmené.

Première couche :

La première couche technique, thermique et respirante, nous a servi le soir au campement pour se tenir au chaud, et lors de la dernière ascension. Pour les autres moments, en rando, nous avions pris deux ou trois T Shirts techniques de course classique, légers et respirants, en synthétique.

– Noëllie couche thermique : le haut Cimalp Merino Top 3F

– Corentin couches thermiques : le haut Original Summit Outdoor et le haut Cimalp Merino Top 3H.

Trek du Kilimanjaro

Deuxième couche :

Nous avions pris deux polaires chacun. Une épaisse et chaude pour les phases statiques, au campement. Une légère, plus respirante, pour la partie active.

– Noëllie : polaire chaude Cimalp Norvège, polaire active Jorasse.

– Corentin : polaire chaude Cimalp Canada, polaire active Jorasse.

Trek du Kilimanjaro

Trek du Kilimanjaro

Troisième couche :

Plusieurs éléments pour cette catégorie. Il vous faut de la chaleur, donc doudoune + veste de ski pour Nono, veste de ski pour Coco. Pour la pluie, il faut prévoir une veste imperméable. Enfin, pour les jours de marche sans pluie mais ventés, un coupe vent léger est intéressant.

– Noëllie : veste de ski, doudoune RAB Microlight Alpine Jacket, veste imperméable Cimalp Peak 4F et coupe vent de running Asics.

Veste Cimalp Peak 4F et Pantalon Bornand

– Corentin : veste de ski Skidress Airborne, veste imperméable Cimalp Advanced 3H et coupe vent léger de running Salomon.

 Veste de ski Skidress Airborne

Coupe Vent léger Salomon et Short de running 

 Veste imperméable Advanced 3H

Les pantalons : 

Nous avions chacun deux shorts de running, courts et légers, utiles pour les premiers jours chauds. Ensuite, place aux pantalons et collants longs ! Pour le dernier jour d’ascension, j’avais donc trois couches : un collant long synthétique, un pantalon de randonnée léger et enfin un pantalon chaud.

Corentin : le pantalon Fast de Cimalp m’a servi comme pantalon léger, très adapté pour le froid modéré. Le pantalon Bornand de Cimalp est un super pantalon chaud pour le ski de rando, parfaitement adapté pour la montée finale !

Trek du Kilimanjaro

Pantalon Bornand et Haut Merino Top 3F

Sous vêtements : privilégiez les caleçons de sport évidemment, comme des caleçons en synthétique type boxers de course à pied. Sinon, des caleçons de trek en laine merinos sont bien sur adaptés pour ce genre d’activités.

Chaussettes : chaussettes techniques, assez épaisses de préférence.

Noëllie : chaussettes trekking X2 MID de Cimalp.

Corentin : chaussettes  BV Sport édition SaintéLyon et chaussettes trekking X2 MID Cimalp.

Trek du Kilimanjaro

Les accessoires pour le trek du Kilimanjaro :

Bonnet : nous avions pris deux bonnets (ou bandeaux) différents. Un premier léger, en synthétique, pour les « petits » froids. Et un en laine, beaucoup plus épais et isolant, pour le sommet et les phases statiques.

– Noëllie : bandeau Aurores de Cimalp et bonnet en laine

– Corentin : bonnet Nuances de Cimalp et bonnet BV Sport édition SaintéLyon

Gants : là aussi deux exemplaires, pour les premières et deuxièmes couches. En première couche, des gants fins en synthétique type course à pied. Si vous avez des gants en soie ou en laine fine type merinos, prenez les en première couche.

Noëllie et Corentin : gants running synthétique première couche. Gants Gore Bike Wear C5 (thermo gants) en deuxième couche (utilisés seulement le jour de l’ascension, mais indispensables !).

Casquette : la casquette est indispensable. Même si la chaleur n’est pas présente, le soleil peut taper fort, donc protégez vous bien. Compagnon obligatoire pour la casquette, la crème solaire ! Très très important ! Même si les tanzaniens vous regardent en rigolant quand vous avez la tête toute blanche de crème, ne négligez pas ce passage ! On a croisé certains trekkeurs avec la tête toute rouge brûlée, ça ne faisait pas rêver ^^ Nous avons utilisé la casquette Trucker de Cimalp.

Manchettes : je les ai utilisées en première couche sur mes bras pour l’ascension finale. J’avais pris le modèle BV Sport édition SaintéLyon.

Trek du Kilimanjaro

Manchettes BV Sport édition SaintéLyon

Les autres éléments dans votre valise pour le trek du Kilimanjaro

Les ravitos :

Les repas préparés par le cuisiner de l’agence étaient très complets et très équilibrés ! Cependant, pendant la marche, il peut être bien d’avoir quelques trucs à grignoter. Pas besoin d’une grosse quantité, juste de quoi compléter un peu. Nous avions par exemple pris un paquet d’amandes, un paquet de fruits secs et quelques barres de céréales. Petit plus : pensez à prendre avec vous un petit sac plastique car il n’y a pas de poubelle en montagne. Donc oui, vous redescendrez avec vos déchets 😉

L’électronique :

Nous avions chacun nos téléphones pour faire des photos rapides. Nono avait son appareil photo réflex avec elle. Pour recharger en cas de besoin, nous avions une batterie externe. Petit détail important, faites attention au froid ! La nuit, coupez vos appareils afin de protéger les batteries. De même, pour l’ascension finale en pleine nuit, gardez vos téléphones bien au chaud, dans une polaire par exemple, avec d’autres couches par-dessus. Ce serait dommage de se retrouver en panne de batterie une fois au sommet…

Autre équipement électronique indispensable : les lampes frontales. Vous en aurez besoin le soir au campement, mais attention à bien conserver la batterie là aussi. Car il vous faudra surtout la frontale pour la nuit de l’ascension.

– Noëllie : lampe MH7 de Led Lenser

– Corentin : Lampe frontale active de marque Petzl

Trek du Kilimanjaro

Lampe frontale MH7 de Led Lenser

Pour finir avec l’électronique, vous pouvez bien sûr emmenez avec vous votre montre GPS. Même si les données de vitesse de marche ne seront pas fantastiques à voir ^^

Trousse de toilette et médicale :

La crème solaire, on l’a déjà évoquée. La brosse à dents bien sûr, un petit savon solide et quelques lingettes pour compléter la mini douche. Quelques médicaments “classiques”, au cas où : paracétamol, désinfectant, pansements, etc.

Traitement paludisme : pas vraiment recommandé dans ce coin de la Tanzanie. Vu l’altitude, peu de risque… Nous ne l’avons pas pris.

La serviette : les douches seront très limitées… Donc ne vous embêtez pas avec une grosse serviette ^^ une serviette en micro fibre, c’est très bien.

Gourdes : nous avions pris des gourdes en métal, deux gourdes de 1L chacun. C’est la bonne quantité je pense. Attention, nous avons fait l’ascension finale avec nos deux gourdes sur les bords du sac, comme les autres jours… Au bout de 2h, les quatre gourdes étaient complètement gelées, impossibles à ouvrir, et remplies de glaçons ! Donc pour le dernier jour, laissez les gourdes à l’intérieur du sac, avec une protection thermique autour si possible.

Les bâtons : nous ne les avons pas amenés, mais on s’était posé la question. Sans regret, le chemin n’est pas technique, cela ne nous aurait pas servi à grand-chose…

Et la fameuse valise bien sûr !

Dans l’idéal, il faut deux sacs. Un grand avec toutes vos affaires, qui sera porté par un porteur pendant la journée. Et un petit, de capacité 20-30 litres, que vous remplirez (et porterez) avec vos affaires pour la journée de marche. J’avais donc un grand sac Deuter 60 L, et pour mon sac de journée j’ai pris le sac Yari 30L de Millet.

Trek du Kilimanjaro

Sac Millet 30L Yari

Le trek du Kilimanjaro : on met quoi dans la valise ? : conclusion

Un équipement adapté est indispensable pour ce genre d’aventure. Vous pourrez y arriver avec un mauvais équipement, cela ne fait pas de doute, mais ça sera beaucoup moins confortable. Si vous avez froid, vous êtes trempé ou que vous remettez chaque jour des affaires qui puent, vous apprécierez beaucoup moins votre ascension, même si vous arrivez au bout ! N’oubliez pas, ce doit être un plaisir avant tout ! Alors ne négligez pas cette partie et mettez toutes les chances de vos cotés.

Et voilà vous savez tout, et surtout… vous êtes prêts ! On vous a donné toutes les billes… plus qu’à vous lancer 🙂 Régalez vous, la Tanzanie n’attend que vous, partez réaliser vos rêves !

Bénéficiez de 15% de Réduction Immédiate avec le Code Promo TRAILSESSION

 

©Trail Session Magazine, Février 2021

 

14938123_1454470054566419_4212488447338767112_n

Auteurs

  • Corentin Crouzet, 26 ans, masseur kinésithérapeute du sport sur Saint Etienne. Passionné de montagne, de voyage, de course à pied (entre 10 et 25 km de préférence), trekking, cyclisme.

  • Noëllie Rousset, 27 ans, kiné diplômée depuis 5 ans dans la Loire, à côté de Saint Etienne et formée en micro-nutrition. Passionnée de voyages, je parcours les sentiers sur des courses de montagne, ou sur les routes pour grimper les cols à vélo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *